Ton nom est Accomplissement, alleluia !

Ascension du Seigneur 

Pour l’Eglise et pour nous tous, aujourd’hui est un jour de grande joie : Le Seigneur Jésus ressuscité des morts, après avoir ouvert pour chacun de nous une voie pour vivre de façon pleine notre existence, nous ouvre aussi les portes du ciel. L’Eglise prie avec des sentiments remplis d’émotion mêlée à une fierté compréhensible ” et nous, membres de son corps, nous vivons dans l’espérance de rejoindre le Christ, notre chef, dans la gloire ” ( Collecte ). L’Eglise, non seulement nous fait prier, mais elle nous fait aussi espérer sereinement et presque joyeusement. En effet, l’Ascension porte à son accomplissement le mystère de l’Incarnation tout comme s’est actualisé l’expérience de Jésus de Nazareth reconnu comme Seigneur. Le Verbe du Père, généré avant toute créature, représente pour chacun de nous et pour chaque homme et femme en ce monde, le point de référence, l’axe autour duquel organiser toute notre expérience de vie pour ” arriver tous au stade de l’homme parfait jusqu’à rejoindre la mesure de la plénitude du Christ ” ( Eph 4, 13 ). Le mystère de l’Ascension nous invite à accélérer notre pas vers le ciel, donc vers la plénitude, la totalité, la récapitulation de tout ce qui fait partie de notre vie et de notre histoire pour que la force qui provient du mystère pascal puisse être ” plénitude de toute chose ” ( 4, 10 ). Augustin dirait : ” Relevez-vous de terre : si le corps ne peut le faire, le désir vole”. Le mystère pascal qui s’accomplit à l’Ascension représente vraiment la fin de toute opposition entre ciel et terre ; c’est le principe de leur réciproque enchevêtrement l’un dans l’autre dans une perfection qui n’est pas absence de limite, mais transfiguration de toute limite dans l’amour qui connaît la ” grâce selon la mesure du don du Christ ” ( 4, 7 ). Comme Jésus, nous sommes appelés à reconnaître que le Père est l’origine et la fin de notre vie. Comme Jésus, nous sommes invités à adhérer pleinement, le plus complètement possible à notre chair, à notre histoire pour qu’elle soit une voie qui conduise vraiment au ciel. Notre humanité est désormais l’unique voie pour être divinisés sans en rien être  dé-humanisés. L’Evangile de la résurrection selon Marc, se conclut par une remarque particulière ” ils n’en parlèrent à personne, car ils avaient peur ” ( Mc 16, 8 ). Le récit de l’Ascension selon Marc est une invitation solennelle au courage qui arrive même à prendre ” en main les serpents ” ( 16, 18 ) de surcroît sans rien craindre, pas même le mal qui nous entoure. Cela parce que le mystère pascal du Christ remplit désormais ” toute chose ” ( Eph 4, 10 ) et il ne peut que colmater en plénitude notre coeur. Avec toute l’Eglise, avec toute l’humanité, nous attendons chaque jour que la promesse du Christ s’accomplisse : ” Vous serez baptisés dans l’Esprit Saint ” ( Act 1, 5 ). Puisse l’Esprit nous donner le courage d’être témoins de ce Règne qui est déjà au milieu de nous, qui est déjà en nous.

0 commenti

Lascia un Commento

Vuoi partecipare alla discussione?
Sentitevi liberi di contribuire!

Lascia un commento

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato. I campi obbligatori sono contrassegnati *